LESPRI RAVANN

Lespri Ravann est fondé autour de ce tambour, la ravanne, emblème du sega, musique mauricienne par excellence. Si le groupe trouve ses racines dans un sega très roots, sa musique s’abreuve toutefois à diverses sources et s’enrichit de rythmes, indiennes, du jazz et du blues notamment. Mais aussi des expériences de ses membres. Le groupe, composé d’abord de chanteurs-percussionnistes, s’est depuis enrichi d’un bassiste- guitariste. Le résultat : un son singulier, très dense, très riche et ancré dans la world music pour une pulsation très contemporaine.

Lespri Ravann, sort  un album  en 2015 , ‘Langaz’. Cest le « langage » de la ravanne, de la musique qui rassemble et raconte un peu la vie à Maurice et dans ses îles en puisant du sega tipik – aujourd’hui reconnu patrimoine mondial immatériel par l’Unesco –, du sega traditionnel, du sega zilwa. Un album pour transmettre l’héritage musical de Kirty O’Clou, Kurwin Castel, Jeff Armand, Samuel Dubois, Daniel Castel et Emmanuel Desroches, mais aussi ce qu’ils entrevoient, à travers leur sonorité singulière, comme avenir possible pour le sega.

Lespri Ravann, c’est aussi  la transmission. Kirty O’Clou et Kurwin Castel, piliers du groupe, ont appris auprès des meilleurs à Maurice. Ils ont fait leurs armes auprès de Lelou Menwar avec qui ils ont créé le sagaï et appris à fabriquer la ravanne. Ils ont joué aux côtés d’Ernest Wiehé, José Thérèse, Linley Marthe, Philippe Thomas, Eric Triton, Ras Minik. Jeff Armand et Samuel Dubois ont d’abord été des élèves de leur atelier de musique avant d’intégrer finalement le groupe.

 

Kirty O’Clou : chant, ravanne
Samuel Dubois  : chant, ravanne
Kerwyn Castel : ravanne, maravann, triangle, doum doum
Emmanuel Desroches  : chant, ravanne, guitare
Jeff Armand :Chant,maravann

Emmelyn Marimothoo  : Chant,maravann

 

Petite histoire:

Le séga tipik Mauricien  est inscrit  au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de 2014.Le séga tipik mauricien traditionnel est un art du spectacle très dynamique, emblématique de la communauté créole ou pratiqué lors d’événements familiaux informels ainsi que dans des lieux publics. Les chansons, chantées dans une tonalité mineure, augmentent progressivement de rythme, tandis que les danseurs bougent les hanches et les mains au rythme des percussions, en faisant des petits pas pour évoluer les uns autour des autres en formation variée. Chaque soliste improvise des paroles en langue créole, parfois mélangée à d’autres langues, tandis qu’un tambour, une boîte-hochet et un triangle donnent le tempo et produisent le rythme typique. Les chansons du séga parlent d’amour ou des difficultés du quotidien, et leurs paroles sont souvent représentées dans la chorégraphie. Les principaux praticiens sont les chanteurs, les danseurs et les musiciens, qui transmettent leurs connaissances de façon aussi bien formelle qu’informelle par la participation et l’imitation. Certains praticiens fabriquent également les instruments et transmettent leur savoir-faire par l’apprentissage informel. Représentant le multiculturalisme de la société mauricienne, le séga fait tomber les barrières culturelles et de classe, crée des opportunités de rencontres interculturelles, et unifie différents groupes autour d’un patrimoine mauricien partagé.

En tournée en France/Belgique : Mai-Juin-Juillet 2017